• Résumé : l'AEC présente pour moi le grand intérêt de se référer à et de s'appuyer sur la DSÉ (Doctrine Sociale de l'Église), que je trouve d'une grande richesse. Étudier celle-ci, bien la connaître et tâcher de s'y conformer (comme nous y invite et nous y aide l'AEC) permet, à mon avis d'analyser efficacement les problèmes qui se présentent dans la vie économique et sociale, quels que soient leur importance et leur niveau  : international, national, local ou même interpersonnel.

    Je démarre la rédaction de cet article ce 3 novembre 2016, pendant que, dans la pièce voisine, le téléviseur diffuse le 2e débat dans le cadre de la primaire à droite. Je vais par intermittence y jeter un coup d’œil, notamment à la fin, pour les conclusions de chaque candidat, afin de vérifier que le constat que je fais depuis des années reste d'actualité : aucun des candidats ne s'appuie ouvertement sur la moindre doctrine, qui pourrait justifier et expliquer ses propositions, ses points de vue, son projet. Cette absence de doctrine explique aussi, je crois, la multitude de candidatures au sein d'un même camp.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Jörg Guido Hülsmann propose, dans « L’éthique de la production de monnaie », une intéressante synthèse entre l’économie politique de la monnaie, la philosophie réaliste et la théologie catholique. Il aborde la compatibilité entre les préceptes moraux chrétiens et diverses constitutions monétaires, les conséquences de l’inflation permanente sur le plan de la spiritualité, les causes des crises monétaires et financières ainsi que l’utilité de la politique monétaire. Ce chapitre a été publié dans l'AGEFI le 8/10/2010 ainsi que, sous le titre « L’héritage culturel et spirituel de l’inflation forcée » et dans une traduction légèrement différente, dans la revue Kephas (avril-juin 2006).

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires